GRHL - HISTOIRE LOCALE DE RIS-ORANGIS

Groupe Rissois d'Histoire Locale. Association "loi 1901"

GRHL - HISTOIRE LOCALE DE RIS-ORANGIS

VISITE DE RIS-ORANGIS - HIER ET AUJOURD'HUI (3)

L'ÉCOLE DU "CENTRE" DEVENUE

L'ÉCOLE "ADRIEN GUERTON"

LA PREMIÈRE MAIRIE - L'EGLISE

LE RELAIS DE POSTE « L'ÉCU DE FRANCE »

VISITE DE RIS-ORANGIS - HIER ET AUJOURD'HUI (3)

Cette école qui fut la première école primaire moderne fut appelée école du Centre de par sa situation, près de l'église et de la mairie. C'est en 1946 qu'elle fut rebaptisée école Adrien GUERTON du nom d'un ancien maire de Ris-Orangis.

LA PREMIÈRE MAIRIE

Elle se trouvait sur la Nationale 7, juste à côté de l'église Notre-Dame de Ris-Orangis. Ce bâtiment, construit en 1861, abritait les services munici­paux. Au rez-de-chaussée existait une salle de réunions, au premier étage à droite le secrétariat et à gauche le logement de l'instituteur. Derrière la mairie, le long de la rue du Clos on trouvait la première école publique comprenant une classe de primaire pour les garçons. Cette pièce sera convertie en salle maternelle lors de l'ouverture, en 1907, de l'école du Centre (future école A. Guerton). Entre l'église et la mairie, dans l'angle du parvis, un petit édifice abritait la pompe à incendie. À partir de 1927, les salles de la mairie furent occupées par différentes associations jusqu'à sa démolition en 1986. Cette mairie fonctionnera de 1861 à 1927, date de l'achat, par la Municipalité, du château de Fromont qui deviendra l'Hôtel de ville que nous connaissons aujourd'hui.

Article du Groupe Rissois d'Histoire Locale, dans la Gazette municipale de janvier 2015.

 

Par le Journal des débats du 19 janvier (1790) suivant, l'Assemblée nationale enregistre que "le village de Ris est le premier, en France, à avoir élu son maire." À partir de cette date, les réunions du conseil municipal - constitué de neuf offi­ciers municipaux avec comme maire Rémy Guillaume Raby - se font dans l'arrière-salle d'une auberge (ce lieu est variable). La rédaction des délibé­rations n'obéit à aucune règle jusqu'à l'Empire où les textes deviennent plus administratifs et moins détaillés qu'au­paravant. Le lieu des réunions n'est plus précisé et cela va durer jusqu'à la construction d'une mairie, en 1861.

Archives GRHL

VISITE DE RIS-ORANGIS - HIER ET AUJOURD'HUI (3)

 

Remontons la rue Albert Rémy, ancienne route impériale n° 8 puis route royale de Paris à Antibes et enfin route nationale n° 7.

 

 

Une nouvelle station service a été construite entre la place Gabriel Péri et l'église.

Le bâtiment long, au centre de la photo, fait partie de l'école Adrien Guerton, il abrite des classes.

Autrefois c'était les écuries du château qui avaient été aménagées en logements durant quelques années.

Au fond, la maison des vignerons.

 La nouvelle station service et la maison des vignerons La nouvelle station service et la maison des vignerons

La nouvelle station service et la maison des vignerons

 

L'ÉGLISE

L'église Notre-Dame, construite, en 1866, au bord de la route nationale à remplacé l'église Saint-Blaise

Eglise Notre-Dame de Ris-Orangis (1866)Eglise Notre-Dame de Ris-Orangis (1866)

Eglise Notre-Dame de Ris-Orangis (1866)

Des ouvriers montés au fait du clocher pour effectuer des réparations

Des ouvriers montés au fait du clocher pour effectuer des réparations

 

Le 11 décembre 2021 à 17 heures retour du tableau « la Flagellation de Jésus » dans le chœur de l’église Notre-Dame de Ris-Orangis après plusieurs mois de restauration, cérémonie orchestrée par le service culturel de la ville. De nombreux curieux étaient présents pour découvrir le travail minutieux de la restauratrice Me Marguerite PETTINOTTI-PAROT qui nous a expliqué longuement son travail et les difficultés rencontrées pour sauvegarder ce tableau dans le respect du travail original de l’artiste. Elle estime que Ris-Orangis possède une œuvre remarquable.

 

VISITE DE RIS-ORANGIS - HIER ET AUJOURD'HUI (3)VISITE DE RIS-ORANGIS - HIER ET AUJOURD'HUI (3)

Face à l'église sur le côté gauche de la route nationale se trouvait L'Écu de France, l'ancien Relais de Poste.

Sur la Route Royale l'établissement accueillait les voyageurs dans une auberge et à l'arrière, la cour de vastes dimensions permettait de changer les chevaux harassés. Les chevaux frais étaient logés dans les grandes écuries aménagées autour de la cour.

La distance entre deux relais de poste était de deux lieues (environ 8 à 9 km)

 

Au vingtième siècle l'auberge était tenue par la famille ChartierAu vingtième siècle l'auberge était tenue par la famille Chartier
Au vingtième siècle l'auberge était tenue par la famille Chartier

Au vingtième siècle l'auberge était tenue par la famille Chartier

 

Voir la revue « RIS-ORANGIS - Histoire de la Poste aux Lettres »
(pages 14 à 32)

 

Télécharger

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article